SABATIER DE CASTRES, Abbé Les trois Siècles de la Littérature française ou tableau de l’esprit de nos écrivains, depuis François Ier, jusqu’en 1779 : par ordre alphabétique.

Prix : 23.000,00 

Précieux et fort bel exemplaire relié spécialement pour la bibliothèque personnelle de la Reine Marie-Antoinette au Château de Trianon.

Edition en partie originale des « Trois siècles de la littérature française » de l’Abbé Sabatier de Castres.

1 en stock

UGS : LCS-18431 Catégories : ,

La Haye et Paris, chez Moutard, 1779.

4 volumes au format in-12 de : I/ cvii pp. (pt. trou p. xxi), 387 pp. ; II/ (1) f., 488 pp. ; III/ (1) f., 454 pp. ; IV/ (1) f., 443 pp., pte. déchirure ds. la marge blanche de la dernière p.

Reliures en plein veau moucheté frappées sur les plats des armes de la reine Marie-Antoinette sous couronne royale dans un triple encadrement au petit fer or, dos lisse ornés de rinceaux et de glands, pièces de titre en maroquin vert, titres en lettres d’or, portent le cachet or « C.T. » (Château de Trianon) sous couronne royale pour le Petit Trianon, toutes tranches mouchetées. Reliures royales de l’époque.

167 x 99 mm.

Lire plus

Edition en partie originale des « Trois siècles de la littérature française » de l’Abbé Sabatier de Castres.

Sabatier a souvent attaqué durement Voltaire dans Les Trois siècles. Voltaire, bien entendu, a vivement réagi. Il l’appelait l’abbé Sabotier (M, t. X, p. 197 ; t. XXIX, p. 39). Dans sa correspondance, il n’a pas de mots assez durs contre « le plus vil des scélérats » (D19090). Dans l’Épître dédicatoire aux Lois de Minos, Sabatier est considéré comme « l’écrivain le plus misérable et le plus bas » qu’on puisse imaginer (M, t. VII, p. 172). Sabatier n’était pas seulement opposé à Voltaire, mais à tout le mouvement des Lumières. Il s’agit d’une « Philosophie tyrannique et inconséquente […] [qui] suffoque ou corrompt le germe du talent » (T.S., t. I, p. 1-2). Bref, la littérature nouvelle se caractérise par « un ton imposant, un style dogmatique, un jargon maniéré, des phrases sentencieuses, des sentiments enthousiastes, la répétition de ces mots parasites humanité, vertu, raison, tolérance, bonheur, esprit philosophique, amour du genre humain et mille autres termes qui sont devenus la sauvegarde des inepties » (Corr. litt., p. 241). Dans Les Trois siècles, Condorcet, Diderot, Duclos, Marmontel sont traités sans ménagement ; seuls Condillac et Rousseau trouvent grâce aux yeux de Sabatier, Rousseau surtout : « on ne peut lui disputer la gloire de l’éloquence et du génie et d’être l’écrivain le plus mâle, le plus profond, le plus sublime de ce siècle » (t. IV, p. 139).

Les Trois siècles de la littérature française le rendirent célèbre, mais lui firent beaucoup d’ennemis. On contesta à Sabatier la paternité des Trois siècles.

L’abbé Martin, vicaire de la paroisse Saint-André-des-Arts, chez qui Sabatier « allait tous les matins se styler et s’instruire » (M.S., 7 août 1774, t. VII, p. 225), était présenté par J. Lenoir-Duparc dans ses Observations sur les Trois siècles de la littérature française (1774) comme le véritable auteur. L’abbé Beaudoin, grand maître du collège du cardinal Lemoine, soutenait cette interprétation. L’affaire traîna en longueur et commença à se plaider au Châtelet en mai 1780, alors même que l’abbé Martin était mort entre temps.

Finalement, une sentence du 4 juillet 1780 trancha l’affaire : Sabatier devra reconnaître par écrit que l’abbé Beaudoin est « un homme de probité et d’honneur » ; chaque partie devra renoncer à ses prétentions quant aux dommages et intérêts ; enfin, les frais de la sentence incomberont à Sabatier. Palissot se plaint, dans les Mémoires sur la littérature, d’avoir été plagié par Sabatier. Les Mémoires, dit-il, ont été « presque toujours pillés et déshonorés dans ce qu’il [Sabatier] a dit d’un peu raisonnable » (Palissot, t. V, p. 309). Sabatier s’en défend dans ses Articles inédits de la 7ème édition des Trois siècles, (p. 14-16). D’après les M.S., c’est grâce à la « réputation » que lui ont faite ses Trois siècles dans « le parti adverse » que Sabatier dut en janvier 1776 sa nomination de précepteur des enfants de Vergennes, ministre des Affaires étrangères.

Précieux et fort bel exemplaire relié spécialement pour la bibliothèque personnelle de la Reine Marie-Antoinette au Château de Trianon.

Marie-Antoinette encouragea les arts, en soutenant Gluck contre la cabale et la routine, les lettres, en protégeant Chamfort et  Delille, et elle se montra, dans la longue agonie des mauvais jours, la digne fille de la grande Marie-Thérèse.

Sa bibliothèque était une des plus considérables du temps, et si les pièces de théâtre, les romans, et parmi ceux-là, les petits livres à la mode, dont l’esprit de parti a cherché, de nos jours, à faire une sorte de scandale, bien qu’ils fussent alors entre les mains des femmes les plus honnêtes et  les plus vertueuses, y figurent en grand nombre, il serait injuste d’oublier que les chefs-d’œuvre de l’esprit humain y tiennent la première place avec Pascal, Bossuet, Fénelon, Bourdaloue, Massillon, Boileau, Jean-Baptiste Rousseau, Corneille, Molière, Racine, Regnard, Voltaire, et tant d’autres, dont on retrouvera les noms en parcourant le catalogue.

Les volumes qui garnissaient les armoires du petit Trianon sont restés, en grande partie, à Versailles ; quelques-uns sont venus grossir le riche contingent de la Bibliothèque Nationale, d’autres ont été transportés, lors de la création des écoles centrales de département, c’est-à-dire en 1795, à Périgueux et à Bourges, et versés plus tard dans les bibliothèques publiques. Ils sont modestement reliés en veau porphyre, granité de points noirs sur un fond rouge sombre qui passe, quelquefois, au violet foncé. Les plats, entourés d’un triple filet, portent au centre les armes de la reine ; sur le dos, se trouvent quelques fleurons, et, au bas, les initiales couronnées C.T. (Château de Trianon) sont poussées en or. Les tranches, de couleur blonde ou fauve pâle, sont pointillées de rouge. On rencontre également un grand nombre de volumes en demi- reliure, avec le dos et les coins en veau, fauve et les armes sur le papier.

M. le baron Pichon nous a révélé les noms des ouvriers qui furent chargés de ce travail. Les reliures en veau sortaient des ateliers du marchand-papetier relieur, Fournier.

Cet exemplaire figure sous le n° 554 du catalogue de la bibliothèque de la Reine Marie-Antoinette au Petit Trianon (P. Lacroix, 1863).

Voir moins d'informations

Informations complémentaires

Auteur

SABATIER DE CASTRES, Abbé

Éditeur

La Haye et Paris, chez Moutard, 1779.