LABÉ, Louise. Œuvres de Louise Charly dite Labé surnommée la belle cordière.

Prix : 2.500,00 

Précieux exemplaire de cette édition très rare.

« Et bien qu’elle soit en tel nombre si belle, / La beauté est le moins qui soit en elle : / Car le savoir qu’elle a, / Et le parler que soevement distille, / Si vivement animé d’un doux style, / Sont trop plus que cela. / Sus donc, mes vers, louez cette Louise. » Jacques Peletier du Mans.

1 en stock

UGS : LCS-18438 Catégorie :

Lyon, chez les frères Duplain, 1762.

Petit in-8 de 1 frontispice gravé, xxxii pp., 212 pp., plein maroquin rouge à grain long, roulette dorée encadrant les plats, dos lisse orné, filet or sur les coupes, roulette intérieure, tranches dorées. Reliure ancienne.

150 x 93 mm.

Lire plus

Dernière édition ancienne des Œuvres de Louise Labé, la première après plus de deux siècles de silence éditorial, tirée à 525 exemplaires, et dont le bibliophile lyonnais Pierre Adamoli dirigea l’impression, chez Aimé de La Roche, à partir d’un exemplaire de l’édition originale de 1555.

Brunet, Manuel du libraire, III, 709.

Aux alentours de 1550 une bourgeoise de Lyon, femme et fille d’artisans cordiers, revendique non seulement le droit d’écrire mais réussit à se faire publier, de son vivant, chez l’un des plus célèbres imprimeurs de son temps.

La « Belle Cordière » (v. 1520-1566) fait paraître ses Œuvres en 1555 chez Jean de Tournes dans ce qui était alors la capitale culturelle du royaume de France. L’Italie avait montré la voie en reconnaissant les talents des brillantes imitatrices de Pétrarque : grandes aristocrates comme Vittoria Colona et Veronica Gambara, ou dames de la haute bourgeoisie, comme Gaspara Stampa et Tullia d’Aragona. En France, la tradition de la cortegiana onesta n’était pas fermement établie. Lorsqu’une femme de modeste condition osait sortir du silence pour se faire entendre publiquement, des voix s’élevaient pour réprouver un comportement jugé indécent, selon les normes morales et sociales de l’époque. Dans le cas de la « Sappho lyonnaise » des censeurs se manifestèrent mais, à y bien regarder, ils furent peu nombreux et relativement discrets. Calvin, certes, fit allusion aux mœurs prétendument scandaleuses de l’auteur (il la traite de vulgaire prostituée : plebeia meretrix) mais il ne fut guère suivi. Des poèmes malveillants circulèrent, dont l’ode venimeuse d’un amant déçu. Mais dès 1555 François de Billon supplie les détracteurs de ne pas prendre au sérieux ceux qui « par malice envyeuse » dénigrent celle qu’ils n’ont pu égaler.

En fait, comme l’atteste l’histoire de la réception immédiate, le nouveau recueil devait susciter un engouement quasi général au point qu’une vingtaine d’écrivains réputés s’accordèrent pour insérer un hommage collectif à la gloire de leur jeune consœur dans le recueil de 1555 (« Escriz de divers poëtes à la louenge de Louize Labé Lyonnoize », Ed. Rigolot, p. 142 sq.)

Labé, Louise (1520-1566).  Œuvres

De la bibliothèque Pierre de St Victor avec ex-libris.

 

 

 

Voir moins d'informations

Informations complémentaires

Auteur

LABÉ, Louise.