VIDUIS (1500-1569). [Médecin du roi François Ier]. Chirurgia è Graeco in Latinum conversa, Vido Vidio Florentino interprete, cum nonnullis eiusdem Vidii com[m]entariis. Indicem auctorum & operum sequenti paginâ quaerito.

Prix : 13.000,00 

Edition originale très rare de ce volume dû au médecin du roi François Ier.

Premier tirage de ces célèbres 210 bois.

1 en stock

Lutetiae Parisiorum, Petrus Galterius, 1544.

In-folio de (18) ff., 533 pp. et (1) p. d’errata. De nombreux bois dans le texte dont 30 à pleine page, restauration dans la marge des pp. 465 à 520 sans atteinte au texte.

Plein veau brun, double encadrement de filets à froid sur les plats fleurdelisés aux angles, dos muet à nerfs. Reliure du XIXe siècle.

337 x 227 mm.

Lire plus

Édition originale de ce « volume peu commun » (Brunet), l’un des plus beaux livres de chirurgie du XVIe siècle, contenant pour la première fois les textes de la Chirurgie grecque d’Hippocrate, de Galien et d’Oribase, en traduction latine.

Harvard 542.

Il est illustré de 210 magnifiques gravures sur bois, inspirées par des dessins de modèles classiques grecs qui nous sont parvenus par les gréco-byzantins, représentant des opérations de chirurgie, des instruments et des bandages dont 30 figures à pleine page montrant l’utilisation de machines élaborées pour réduire les fractures.

« 210 figures explicatives dont certaines, à pleine page, exécutées au trait avec une grande élégance. Un de ces bois, p. 175, est marqué de la lettre gothique F, analogue à celle qu’on voit sur quelques figures gravées pour D. Janot. Une autre composition, p. 224, d’une facture plus hésitante, et aux visages grimaçants, est signée d’un monogramme qu’on peut lire APF. Ces figures représentent le plus souvent des machines destinées à réduire les fractures, elles sont intéressantes et les personnages, généralement nus, rendus avec un grand souci d’exactitude anatomique. Certaines s’inspirent des dessins du Primatice et de Jean Santorino se trouvant dans un manuscrit qui fut offert à François Ier, conservé aujourd’hui à la Bibliothèque nationale (Ms. latin 6866). » (Brun, Le Livre français illustré de la Renaissance, 309.

L’auteur, Guido Guidi dit Vidius (1500-1569), né à Florence, fut le médecin de François Ier. Le texte s’appuie sur un manuscrit grec de la Bibliothèque de Laurent de Médicis, à Florence. On a longtemps attribué les dessins des bois de cet ouvrage au Primatice, mais depuis l’article de Michel Hirst « Salviati illustratuer de Vidius » (Revue de l’Art, 1969, n°6) ils ont été restitués à Francesco Salviati. Certains des bois portent la croix de Lorraine, d’autres les initiales F. ou ARF. On les donne fréquemment comme étant de François Jollat.

(Welcomme I-6596 ; Waller 1960).

Francesco Salviati, pseudonyme de Francesco de’ Rossi (1510 à Florence – 1563 à Rome) est un peintre maniériste florentin. Il tient son nom de son fidèle protecteur, le cardinal Giovanni Salviati, l’oncle de Cosme Ier. Il est parfois surnommé Cecco ou Cecchino Salviati. Giorgio Vasari écrit que Salviati « possédait un plus beau style que tout autre à Florence à son époque. » C’était un portraitiste renommé et un fresquiste admiré pour sa rapidité d’exécution – que Vasari oppose à la lenteur de Pontormo et de Bronzino – et son habileté à mettre en scène de complexes allégories profanes ou sacrées.

De retour à Rome en 1541, Salviati peint pour la Stanza dell’Incendia du Palais du Vatican une fresque (aujourd’hui disparue) représentant Re Pepino (Pépin le bref). La même année, il peint la Sainte Famille au perroquet (aujourd’hui au Musée du Prado).

En 1543, il décore la salle de l’Audience (sala dell‘Udienza) du Palazzo Vecchio à Florence. Le programme iconographique illustre les moments de la vie du général Marcus Furius Camillus, d’après Plutarque : « la prise de Veies » (la Conquista di Veio), « Camillus soumettant les Vosques » (Camillo che sconfigge i Volsci), « la punition du maître de Faléries  » (la Punizione del Maestro di Falerii), « le triomphe de Camillus » (il Trionfo di Camillo). Il reçoit le 6 novembre 1544, la commande de l’Incrédulité de Saint Thomas (aujourd’hui au Louvre6) pour l’église Notre-Dame de Confort de Lyon. Il peint la grande Déposition de la chapelle Dini à Santa Croce et à la fin de son séjour florentin, la Charité de la galerie des Offices. En 1548, insatisfait du traitement qu’on lui fait à Florence, il repart à Rome.

Il peint pour le cardinal Alexandre Farnèse les fresques de la chapelle du Pallio du palais de la Chancellerie (Palazzo della Cancelleria). Il reçoit la commande de fresques pour la chapelle Santa Maria dell’Anima (1549-1550). Il reprend en 1550 la décoration de l’Oratorio San Giovanni Decollato. Il y peint deux apôtres, et la naissance de saint Jean-Baptiste. Pour le réfectoire de San Salvatore in Lauro, il exécute les Noces de Cana et les Scènes de la Genèse. En 1553, il peint les Histoires de David tirées des premier et deuxième livres de Samuel pour le salon des Mappemondes du Palais Sacchetti, que le cardinal Giovanni Ricci da Montepulciano vient d’acquérir. Il décore pour le cardinal Ranuccio Farnèse la salle des Fasti Farnesiani du Palais Farnèse à Rome.

La parenthèse française :

Il part pour vingt mois (entre février 1556 et l’hiver 1557-1558) en France, décore pour le compte de Charles de Lorraine, le château de Dampierre. Il ne subsiste malheureusement rien de son travail. Le château Renaissance a été détruit pour faire place à un nouvel édifice construit par Jules Hardouin-Mansart dans un style classique en 1683. Nous ne possédons aucune autre trace du travail de Salviati en France, même si un voyageur italien cite, en 1606, dans sa description du Palais Gondi, à Paris, un François Ier et Charles Quint faisant la paix dû à Francesco Salviati, qu’il a peut-être peint pendant son séjour français.

« At the suggestion of Ridolfi, Guido Guidi (Vidus Vidius) undertook the translation and by the liberality of François Ier, to whom it is dedicated, he was able to produce this splendid edition. From a preface in Guidi’s Latin MS. it would seem that the drawings, which are such a striking feature of the book, are to be attributed to Francesco Primaticcio and Jean Santorinos. They are modified copies, or interpretations, of the original Greek drawings, with which it is interesting to compare them. » (Bibliotheca Osleriana, n°155)

« Volume d’une belle exécution typographique, dédié à François Ier, dont l’auteur, Guido Guidi, fut le premier médecin après la mort de Guillaume Cop. Les 211 figures gravées sur bois dont il est orné nous ont singulièrement frappé ; on peut certainement les attribuer à un des plus grands artistes du temps et de l’école florentine. Ce livre rare est peu connu. » (Répertoire universel de bibliographie par Léon Techener, n°934)

Précieux exemplaire de l’un des plus beaux traités de chirurgie du XVIe siècle.

Voir moins d'informations

Informations complémentaires

Auteur

VIDUIS (1500-1569). [Médecin du roi François Ier].