DIDEROT, Denis Pensées sur l’interprétation de la nature.

Prix : 6.500,00 

Édition originale définitive de l’exposé des idées encyclopédistes par Diderot.

Précieux exemplaire imprimé sur grand papier revêtu d’une élégante reliure de l’époque.

1 en stock

S.l., 1754.

In-8 de : (2) ff., 73 pp. numérotées de 3 à 73, 30 ff. numérotés de 73 à 101 (3 ff. numérotés 101), pp. numérotées de 102 à 169, (5) pp., pp. numérotées de 171 à 206, (6) ff.

Veau de l’époque, filet à froid autour des plats, dos lisse orné de fleurons dorés, pièce de titre de maroquin rouge, filet doré, tranches rouges. Reliure de l’époque.

157 x 85 mm.

Lire plus

Édition originale définitive, très augmentée et très remaniée par rapport à celle de 1753, introuvable et selon Tchemerzine, « restée non décrite jusqu’à ce jour ». Tchemerzine, II, 936-935.

Exposé de la doctrine des Encyclopédistes, ce traité fut publié alors que 4 volumes de l’Encyclopédie avaient déjà paru.

La publication de la « Lettre sur les aveugles » en 1749 entraîne l’arrestation de Diderot et son emprisonnement au donjon de Vincennes.

Remis en liberté Diderot se consacre à l’élaboration du tome premier de l’Encyclopédie dont le prospectus se répand dans le public en octobre 1750.

Au début de l’année 1751 paraît la « Lettre sur les sourds et les muets ». Les 2 premiers tomes de l’Encyclopédie sont publiés en juillet 1751 et janvier 1752. Un arrêt du Conseil du Roi ordonne le 7 février 1752 la suppression du Dictionnaire. Cet arrêt est tacitement rapporté grâce à l’intervention de Madame de Pompadour et de quelques ministres.

C’est dans ce contexte troublé que Diderot fait paraître, sans y mettre son nom, ce nouvel ouvrage qui expose la doctrine des encyclopédistes, abonde en idées scientifiques, ingénieuses et profondes et permet à l’auteur de préciser son matérialisme.

« Les Pensées sur l’interprétation de la nature » étaient, comme les « Pensées philosophiques » divisées en une cinquantaine de paragraphes, où, sous une forme claire et simple, étaient exposés les principes d’une philosophie vraiment positiviste. Répudiant les procédés de la physique rationnelle, Diderot lui opposait la méthode expérimentale et formulait quelques idées singulièrement justes sur l’évolution, l’acoustique, les atomes chimiques. Il terminait par une prière à Dieu qu’il reléguait dans une région très éloignée, incertaine même, et il penchait plutôt vers une explication matérialiste du monde éternel, où la vie ne serait qu’une qualité fortuite de la matière. »

Aucune condamnation ne vint troubler la publication de l’ouvrage.

« Il ne dut pas franchir la limite de ce cercle étroit de savants et de philosophes, auxquels Diderot s’adressait. Du moins il les enthousiasma. Le fond autant que la forme leur en paraissait admirable : « Il faut le lire et le relire, disait Grimm. Je dirais aux jeunes gens qui se disposent à l’étude de la philosophie naturelle : voilà votre Enchiridion ; apprenez-le par cœur avant de faire un pas dans cette science. » (Belin, Le mouvement philosophique de 1748 à 1789, Paris, 1913, p. 74).

Bel exemplaire de cette édition originale rare, témoignage de l’effervescence des idées au siècle des lumières, en séduisante condition d’époque.

Voir moins d'informations

Informations complémentaires

Auteur

DIDEROT, Denis

Éditeur

S.l., 1754.