CORNEILLE, Pierre Le Théâtre de P. Corneille. Revue & corrigé par l’Autheur. I. [II. et III.] partie.

Prix : 13.000,00 

Superbe exemplaire à grandes marges relié en maroquin rouge de Cuzin provenant de la bibliothèque du sculpteur Weber.

La plus rare des grandes éditions en partie originale du Théâtre de Pierre Corneille imprimée à Paris en 1660, « à ses yeux l’une des plus importantes » ; elle manquait à la collection Dennery.

1 en stock

UGS : LCS-18332 Catégorie :

Imprimé à Rouen, et se vend à Paris, chez Augustin Courbé Et chez Guillaume de Luyne, 1660.

Avec privilège du roy.

3 volumes in-8.

On joint à cette édition les deux volumes suivants imprimés dans le même format et avec les mêmes caractères : – Poëmes dramatiques de T. Corneille. I. [II.] partie.

Imprimé à Rouen, et se vendent à Paris, chez Augustin Courbé Et Guillaume de Luyne, 1661.

Avec privilège du Roy.

2 volumes in-8.

Soit en tout 5 volumes petit in-8 de : I/ xc pp., (6) pp. dont 1 gravure à pleine page, 704 pp. ; II/ cxvii pp., (10) pp., 720 ; III/ lxxxiiii pp., (5) pp., pp. 1 à 178, (2) ff. comportant un tirage à part des pp. 177-178, pp. 179 à 632 ; I/ (2) ff., 710 pp., (2) pp. ; II/ (4) pp., 652, (4) pp., la dernière blanche. Maroquin rouge, triple filet doré encadrant les plats, dos à nerfs ornés de fleurons dorés, double filet or sur les coupes, large roulette intérieure dorée, tranches dorées sur marbrure. Cuzin.

163 x 105 mm.

Lire plus

La plus rare des grandes éditions en partie originale des Œuvres de Pierre Corneille ornée de 39 compositions gravées sur cuivre d’après François Chauveau.

       I. Partie: Le frontispice représente un cartouche surmonté de deux Amours tenant une couronne ; on lit dans le centre du cartouche le titre et la date de 1660.

Le volume renferme 8 pièces (de Mélite à l’Illusion) accompagnées chacune d’une figure. Les figures de Mélite, de Clitandre, de la Veuve, de la Suivante, de la Place royale, de l’Illusion sont signées F. C(hauveau), delin. ; H. D(avid), sculp. ; celles de la Gallerie du Palais et de Médée sont signées L. S(pirinx).

        II. Partie: Le frontispice représente un cartouche soutenu par deux Amours sonnant de la trompette ; il porte la date de 1660. Le volume contient 8 pièces placées dans cet ordre : le Cid, Horace, Cinna, Polyeucte, Pompée, Théodore, le Menteur et la suite du Menteur.

Les figures du Cid, de Cinna, de Polyeucte, du Menteur, de la Suite du Menteur et de Théodore sont signées de Chauveau et de David ; celle d’Horace est signée de Spirinx, celle de Pompée ne porte pas de signature.

III. Partie : Le frontispice, qui représente un cartouche surmonté d’une corbeille de fleurs, est daté de 1660 et signé : I. Math[eus]f. Le volume renferme 7 pièces accompagnées de 7 figures : Rodogune, Héraclius, Andromède, D. Sanche, Nicomède, Pertharite et Œdipe.

Les figures de Rodogune et de Don Sanche sont signées de L. Spirinx ; celles d’Héraclius, d’Andromède et de Pertharite sont signées de Chauveau et David ; celles de Nicomède et d’Œdipe sont signées de Matheus.

Le privilège est daté de janvier 1653, sans indication du quantième ; il est donné pour neuf ans à Corneille lui-même, qui déclare le céder à Augustin Courbé et Guillaume de Luyne, suivant l’accord fait entre eux. On lit à la fin : Achevé d’imprimer pour la première fois, [en] vertu du présent privilège, le dernier d’octobre 1660, à Rouen, par Laurens Maurry.

En 1664, Corneille soumit ses pièces à une première révision ; il introduisit aussi quelques changements dans les pièces qui formèrent la Seconde partie publiée en 1648. Les éditions qui suivirent reproduisirent fidèlement le texte arrêté alors par le poëte ; les quelques variantes qu’on y relève sont le plus souvent le fait des typographes ou le résultat du hasard. En 1660, Corneille fit une nouvelle révision de son théâtre. Il agrandit le format qu’il avait précédemment adopté, rendit ses volumes plus symétriques, mit en tête de chacun d’eux un Discours spécialement écrit pour l’édition, et des Examens dans lesquels il passa en revue chacune de ses pièces.

Corneille lui-même nous entretient dans une lettre à l’abbé de Pure, datée du 25 aout 1660, de la peine que lui donna la publication de ce nouveau recueil, en particulier la confection des Discours :

« Je suis, dit-il, à la fin d’un Travail fort pénible sur une matière fort délicate. J’ay traité en trois Préfaces les principales questions de l’art poétique sur mes trois volumes de Comédies. J’y ay fait quelques explications nouvelles d’Aristote, et avancé quelques propositions, et quelques maximes inconnues à nos Anciens. J’y réfute celles sur lesquelles l’Académie a fondé la condamnation du Cid, et ne suis pas d’accord avec Mr d’Aubignac de tout le bien mesme qu’il a dit de moy. Quand cela paroistra, je ne doute point qu’il ne donne matière aux Critiques, prenez un peu ma protection. Ma première Préface examine si l’utilisté ou le plaisir est le but de [la] Poésie Dramatique, de quelles utilités elle est capable et quelles en sont les parties, tant intégrales comme le Sujet et les mœurs, que de quantité comme le Prologue, l’Épisode et l’Exode. Dans la seconde je traite des conditions du Sujet de la belle tragédie, de quelle qualité doivent estre les incidents qui la composent et les personnages qu’on y introduit afin de sentir la pitié et la crainte, comment se fait la purgation des passions par cette pitié et la crainte, et des moyens de traiter les choses selon le vraysemblable ou le nécessaire. Je parle en la troisième des trois unitez, d’action, de jour et de lieu. Je croy qu’après cela, il n’y a plus guère de questions d’importance à remuer et que le reste n’est que la broderie qui (sic) peuvent ajouter la Rhétorique, la Morale et la Politique. » (Marty-Laveaux, t. xè, pp. 486 sq. ; l’original est à la Bibliothèque nationale, msc. Franç., n° 12763, folio. 157 sq.)

Magnifique exemplaire à grandes marges de cette édition en partie originale, l’une des plus rares et aux yeux de Corneille les plus importantes, comprenant en outre un tirage à part des pages 177 et 178 du volume III du Théâtre de Corneille.

Provenance : Weber avec ex-libris.

Voir moins d'informations

Informations complémentaires

Auteur

CORNEILLE, Pierre

Éditeur

Imprimé à Rouen, et se vend à Paris, chez Augustin Courbé Et chez Guillaume de Luyne, 1660.